FrenchCatalanEnglishSpanish

Orange et le développement des objets connectés

Jeudi dernier, le 9 octobre, Stéphane Richard a présenté au Palais Chaillot, les nouveaux services proposés par Orange. Cependant, durant la présentation, il n’a quasiment pas abordé la couverture du réseau ainsi que l’évolution des box mais plutôt toutes les nouvelles possibilités offertes par Orange pour les objets connectés.

Selon lui, cette innovation s’adapte à la vie de tous les jours de ses clients, mais permet aussi de se différencier de ses concurrents et d’ainsi s’imposer encore un peu plus sur le marché de la téléphonie.

Grâce à ces nouveaux services, il sera désormais possible de gouverner commander sa maison à distance, à l’aide d’un Smartphone ou d’un ordinateur.

Ces technologies, en pleine expansion, sont encore qu’au balbutiement d’une ère où énormément d’objets seront connectés. En effet, selon certaines sources, dans une dizaine d’année, il y aura en France plus de 600 millions objets connectés.

Un tel constat va donc engendrer une forte expansion ou modification du droit qui va devoir s’adapter à ce genre de pratiques complètement nouvelles.

L’hyper connectivité va en effet entrainer une augmentation des risques juridiques (protection des données personnelles, surveillance clandestine, responsabilités.) liés à ces objets qui devront être anticipés par de nouvelles protections.

Plusieurs études montrent déjà, comme celle menée par la CNIL en mai 2014, une lacune en terme de protection des données personnelles. En effet, de nombreuses applications de Smartphones n’informeraient pas assez bien les utilisateurs de leur politique de collecte d’informations personnelles.

Source: Lesechos, le mondedudroit

[button link= »https://www.pujolavocat.com/category/actualites/ » size= »small » icon= » » color= »gray » lightbox= »false »]Retour à la liste des articles[/button]

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn